Flèche bas Actualités

↓ vendredi 23 septembre 2016

Foi et modération ?

     Les migrations et l'accueil des migrants qui en résulte sont un problème majeur pour tous à notre époque. Pour les gouvernants mais aussi pour les peuples qui accueillent, ceux que ça oblige à se priver pour partager. Quand on a beaucoup, on a du mal à comprendre ceux qui ont peu. L'Europe a peur d' être submergée et elle n'est pas la plus envahie. Les départs se font d'abord vers les pays voisins,  les petits pays africains ; la Turquie, le Liban ouvrent sans cesse des camps nouveaux ! La description de ces camps ne peut que nous bouleverser. Ce que nous voyons à Calais  est  multiplié ailleurs.
     Notre peur de l'Islam  vogue sur le terrorisme. L' Islam pour les vrais croyants en est le contraire d'autant qu'ils comptent pas mal de morts et de blessés parmi les victimes. Qu'on lutte contre les assassins c'est de bonne guerre mais est-ce suffisant ? Qu'on veuille améliorer la représentation des musulmans français se comprend mais l'Islam est d'une grande complexité et notre ignorance est forte en ce domaine.
     Donc nous voyons apparaître l'expression   « Islam modéré ».  Du coup je me suis imaginé ce que je penserais si l'on me demandait de représenter le catholicisme modéré ? Que l'on recherche des citoyens apaisés … mais des croyants modérés ? Sous prétexte de laïcité on est prêt à tous les contre-sens.  Le vrai croyant est celui qui ne modérera pas les appels à la paix , à l'approfondissement de sa foi , à comprendre que toute tuerie est une injure à Dieu.  Il faut  écouter le  pape François qui appelle à sortir de nos canapés et les musulmans cultivés qui veulent que le Coran soit relu et expliqué et les représentants de toutes les religions  qui vont dans le même sens. La modération n'a pas de place dans cet effort.  Le travail du citoyen rejoindra celui du croyant tant que la loi ne lui demandera pas de fermer ses portes , de ne pas tout faire pour  les enfants émigrés orphelins. Ni la foi, ni la laïcité ne sont modérées, elles sont d'autant plus fermes qu'elles sont apaisantes. Il nous faudrait réserver la modération pour des altitudes moins élevées. Chacun de nous trouvera  ce qu'il lui faut modérer : l'alcool, la drogue, les 70 heures de travail non partagé, la vitesse , le sexe mis à toutes les sauces, le féminisme et le machisme exaspérés, le repli sur les  problèmes d'un quotidien bien protégé pour certains.
     Prions...sans modération !

                                                                          Madeleine Pasquier

↓ samedi 24 septembre 2016

Que c'est beau la vie !

MISSIONNAIRE


     Il s’appelait Auguste Baslé, né dans le Haut Anjou en 1882. Il fait des études au collège de Combrée et au Séminaire Montfortain en Hollande, pour partir en Afrique en 1908, au Malawi, pour 65 ans de vie missionnaire. Il est enterré là-bas, selon sa volonté, près d’un chêne qu’il a lui-même planté.

     Deux retours en France ont provoqué des réunions familiales : 83 personnes en 1920, 150 en 1951 et 395 en 1973 pour célébrer sa mémoire…

     Ces rencontres ont fait l’objet de photos et de commentaires qui, rassemblés, constituent un document familial assez extraordinaire, qui se regarde avec plaisir. Je peux y voir mes ascendants, jusqu’à mon arrière-grand-père François Mourin, marié avec Christine Baslé (une des 7 tantes du missionnaire)

     Ce document indique clairement qu’il souhaitait conserver un lien constant avec sa famille et témoigne aussi de toute sa foi et de son ardeur missionnaire qu’il s’employait à communiquer à tous.

     Rencontrant par hasard un lointain cousin, la mémoire du père Auguste nous a réunis dans la volonté d’en savoir plus sur sa vie africaine. L’idée fut bonne puisqu’à ce jour nous avons rencontré longuement deux missionnaires qui ont vécu et travaillé avec lui au Malawi.

     De la vie des premiers missionnaires arrivés au début du siècle dernier en Afrique, ils nous ont dit comment tout était à créer, à organiser et construire… Ecrire la langue des gens dispersés dans la brousse, la rendre lisible et compréhensible par le plus grand nombre… Ils avaient la volonté de s’occuper de l’humanité de ces populations, de les soustraire de toutes les dépendances et difficultés de la vie au jour le jour, dans ce climat pénible aux saisons sèches particulièrement longues… Faire en sorte que chaque personne maîtrise au mieux sa vie personnelle, sa santé, son rapport aux autres, etc, et cela avant même de parler de foi en un Dieu bon, d’une religion qui rassemble dans la prière et la joie, et qui nous parle de fraternité et d’amour.

     Ils ont creusé des puits, construit des écoles, des dispensaires puis des églises. Si le développement des missions semble être allé de pair avec l’essor social et économique du pays, à la satisfaction des missionnaires, leur bonheur, le fruit de leur travail patient et persévérant fut sans doute dans les progrès de leurs élèves, l’éclosion de personnalités compétentes ô combien utiles, en particulier l’un d’eux actuel archevêque au Malawi.

     Ils nous ont confirmé le sens de l’humour et les talents de jardinier du Père Baslé. En effet poussent encore là-bas des châtaigniers, des poiriers, pommiers et des eucalyptus qu’il a plantés.

     Nous avons rencontré l’un d’eux à Montfort-sur-Meu où il assure l’accueil des pèlerins. Nous avons visité avec lui ces lieux religieux de mémoire de la vie de Louis-Marie Grignon de Montfort. Ce faisant, six ou sept fois, nous avons pris un temps de prière ensemble.

     En compagnie de tels hommes d’église, on est impressionné par leur culture générale, par la permanence de leur dialogue avec Dieu et l’évidente solidité de leur foi.

     A propos de prière, je voulais partager avec vous l’idée suivante...

     Dans la vie de tous les jours, il nous arrive des instants d’attente, du temps « perdu » que l’on peut utiliser en prières. Par exemple, quand je fais le plein d’essence de ma voiture, je ne mets pas 30 litres ou 20€, mais 1 Notre Père et 3 je vous salue Marie. C’est-à-dire que le carburant coule dans le réservoir pendant que, discrètement (encore que…), je récite ces prières.

Georges MOURIN


↓ samedi 24 septembre 2016

fête paroissiale

FETE PAROISSIALE Sainte CECILE

dimache 20 novembre  , 10h30 , église  de Champtoceaux

Flèche bas Articles

Informations du mois de septembre 2016

article paru le 29 août 2016

 


La  feuille paroissiale mensuelle pour le mois de septembre  est disponible dans chaque église. Elle peut être retrouvée sur ce site en cliquant ICI

 

Dates à retenir

article paru le 26 août 2016

 


 

nous contacter - mentions légales - XHTML 1.0