Flèche bas Actualités

↓ vendredi 16 novembre 2018

Héros en soutane

 


     Dans la chapelle de Douaumont, un vitrail représente un prêtre célébrant la messe dans les tranchées. A l'entrée de notre église paroissiale, une peinture murale montre un prêtre en soutane absolvant un mourant. 
Le dernier volet des commémorations de la Grande Guerre s'étant fermé le 11 novembre,  les nombreux vitraux, fresques, bas-reliefs ou sculptures de nos édifices religieux perpétuent le souvenir de nos héros de la Grande Guerre dont celui des prêtres appelés,  engagés ou volontaires qui,  au péril de leur vie, ont  aussi parcouru les champs de bataille. 
     En 1914, dans les familles de France, en Anjou particulièrement, la foi était vive et les prêtres nombreux. Si nos soldats sont partis "la fleur au fusil"  trop de jeunes encore mineurs, trop de jeunes mariés et trop de pères de famille ont vécu l'enfer.  Bombes, obus, mitrailleuses . . . les ont brisés tandis qu'à la maison on pleurait leur absence, on les suppléait au travail et on priait fort, très fort, avec ce cantique et beaucoup d'autres : "Ô Marie, ô Mère chérie, garde au cœur des Français la foi des anciens jours !" Chaque dimanche à l'église, on tremblait d'entendre du haut de la chaire la liste des morts de la semaine. 
     Et là-bas, au front comme à l'arrière, prier, secourir, encourager, célébrer la messe, administrer  les derniers sacrements , telle était la mission que se donnaient les prêtres qui, en soutane, soulevaient la tête livide de cet éventré en l'invitant à baiser le crucifix, enjambaient les corps démembrés pour rejoindre au plus vite ce jeune aux yeux gazés qui hurlait à la mort. Et ce fut ainsi durant quatre ans !
     Partout,  ces aumôniers ont apporté de toutes leurs forces et de toute leur foi  le réconfort nécessaire aux mourants pour les aider spirituellement à passer  la mort du mieux possible. Même si beaucoup d'entre eux portaient un chapelet, des médailles, un scapulaire, le passage de la vie à la mort par le biais de la souffrance fait toujours peur. Pleinement homme, Jésus a connu cette peur au Jardin des Oliviers peu avant  d'être battu, fouetté, humilié puis cloué à grands coups de marteau sur sa croix. Et c'est justement à travers son ancrage aux souffrances du Christ que le chrétien espère en la Résurrection.
 
     Hilaire Ferchaud 

 

Flèche bas Articles

Dates à retenir

article paru le 9 novembre 2018

 

Dimanche 18 novembre: Journée nationale du Secours Catholique qui a besoin de l'aide financière de chacun. Ce même jour est aussi "la journée mondiale des pauvres" instituée par le Pape François. 

Dimanche 18 novembre: Loto paroissial à la salle communale de St Christophe à partir de 13h30. 

Dimanche 25 novembre: Fête de Ste Cécile patronne de la paroisse à 10h30 à Drain.

Vendredi 30 novembre: à 20h, salle Chetou à Champtoceaux, réunion d'information pour les parents qui souhaitent une première communion pour leur enfant en 2019. 

Dimanche 2 décembre: Dimanche pour tous à Champtoceaux à 10h30, messe animée par les jeunes. 

 

 

 

 

Feuille mensuelle du mois de novembre 2018

article paru le 27 octobre 2018

 


La  feuille paroissiale mensuelle pour le mois denovembre est disponible dans chaque église. Elle peut être retrouvée sur ce site en cliquant ICI
nous contacter - mentions légales - XHTML 1.0